• Français
  • English

Connexion utilisateur

À l'heure où...

... le Royaume Uni se prononce en faveur du Brexit. Découvrez une sélection d'articles permettant d'éclairer cette actualité.
Auteur-e-s

L’Union européenne (UE) est considérée comme un des systèmes politiques les plus progressistes du monde en ce qui concerne la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes. La politique européenne visant à lutter contre les inégalités de genre est souvent considérée comme « exceptionnelle ».

Pendant près de quatre décennies, l’UE a imposé aux États membres un ensemble de normes et de valeurs plus élevées que celles qui ont cours dans la plupart des pays et offert un environnement particulièrement accueillant aux mobilisations féministes. Cependant, la grave et durable crise économique et budgétaire apparue à la fin des années 2000 questionne la capacité de l’UE à offrir un espace privilégié de déploiement d’une action publique ambitieuse en faveur de la lutte contre les inégalités entre les sexes.

Grève des femmes de la Fabrique nationale à Herstal (1966).
Auteur-e-s

Le processus de construction européenne entamé dans les années 1950 a accompagné les évolutions sociales du xxe siècle. Des politiques d’égalité femmes/hommes très poussées ont été définies et menées dans le cadre des Communautés européennes (CE) puis de l’Union européenne (UE), et elles ont été parfois présentées comme un modèle de gender mainstreaming ; on peut légitimement se demander si les institutions européennes ont appliqué les principes qu’elles promouvaient à l’extérieur au sein même de leur administration.

Fausta Deshormes La Valle, avec l’aimable autorisation de la famille Deshormes
Auteur-e-s

L’Europe n’a que des « pères » fondateurs : les hommes politiques européens qui se sont engagés dans les années 1950 dans la construction communautaire. Pas de femmes donc, et pour cause : elles n’ont alors que de très peu de place dans la vie politique nationale des six États bâtisseurs, même si on peut en identifier quelques-unes, dans l’ombre des fondateurs, à l’origine du projet européen. Mais aucune d’entre elles n’a eu de rôle déterminant. Cette absence initiale des femmes laisse à croire qu’elles ne sont pas intervenues dans la construction européenne. Mais ce qui est vrai pour les années 1950et 1960 ne l’est plus à partir des années 1980.

Simone Veil présidant une séance du Parlement européen à Strasbourg, le 12 octobre 1979.  Photo : © Claude Truong-Ngoc.
Auteur-e-s

La notion de citoyenneté européenne est floue. Sur le plan axiologique, elle repose à la fois sur un ensemble de valeurs et sur un traité constitutionnel. Sur le plan juridique, le traité constitutionnel ne confère aux habitants des États-nations européens la qualité de citoyens européens que dans la mesure où ils sont déjà citoyens de leurs États respectifs. L’article explore les déficits démocratiques et les déficits de légitimité qui en résultent ainsi que les conditions d’une réalisation effective d’une citoyenneté trans- ou supranationale.

Placard portant l'inscription « Ici on s'honore du titre de citoyen »
Auteur-e-s

Entre 1970 et 1993, la Coopération politique européenne (CPE) se fonde sur un modèle d’intégration a minima, résultat du compromis entre les visions intergouvernementale et supranationale des partenaires européens. Se limitant au domaine souverain de la politique étrangère et s’appuyant sur un mécanisme de nature intergouvernementale, la CPE se fait donc avec les États membres des Communautés européennes, mais en dehors du cadre communautaire. L’évolution de la CPE est marquée par un fort pragmatisme et une série de facteurs contribuent à son approfondissement : les acteurs tels que les États membres, la Commission européenne, les pays tiers ou encore le processus de la construction européenne et l’échiquier international. Enfin, la Coopération politique répond à l’objectif des Européens de faire entendre la voix de l’Europe dans le monde et de peser dans des dossiers précis sur la scène internationale tels que la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, le Proche-Orient, Chypre, l’Afrique, l’Amérique latine, etc.

Étienne Davignon
Auteur-e-s

Depuis 1948 se sont développées des politiques publiques européennes dans de multiples domaines de l’économie et du social, depuis la PAC jusqu’à la promotion de l’égalité homme-femme en passant par Airbus. Cette grande diversité se combine avec une orientation dominante, celle visant à créer un grand marché européen unifié. Cette logique de marché est complétée depuis les années 1980 à la fois par une approche néolibérale, et par le développement de politiques sociales et sociétales.

Chargement d'un Beluga à l'aéroport de Bremen.
Auteur-e-s

Le général De Gaulle conçoit l’Europe comme une construction géographique et historique incontournable. De la Seconde Guerre mondiale à son départ du pouvoir en 1969, il souhaite que les États qui la composent s’associent et coopèrent étroitement car il voit en elle un démultiplicateur de leur puissance, en particulier pour la France. Cependant, il se montre hostile aux pertes de souveraineté, possible prélude à une vassalisation américaine.

Le Président Charles de Gaulle rencontre le Chancellier allemand Konrad Adenaeur à l'aéroport de Cologne à la descente d'un avion Air France
Auteur-e-s

Depuis sa création, l’Union européenne repose sur une architecture institutionnelle unique au monde formée par le Conseil européen, la Commission, le Parlement européen et la Cour de justice de l’Union européenne, un ensemble qui s’appuie sur des organes interinstitutionnels, tels que la Banque centrale européenne, le Service d’action extérieur européen ou le Comité des régions. Cette richesse institutionnelle est mal comprise par les citoyens qui rendent l’UE responsable de la crise économique. Le populisme qui s’affirme menace les fondements de l’UE.

Giorgio Napolitano visite officielle Parlement européen de Strasbourg 4 février 2014
Auteur-e-s

Considéré comme indispensable dans le processus de la construction européenne, l’existence et les caractéristiques d’un espace public européen font l’objet d’un débat qui remonte aux années 1950. Formulé à partir du concept habermassien de Öffentlichkeit (espace public), l’espace public européen est considéré tour à tour comme ayant toujours existé, comme étant en cours de formation ou comme impossible à réaliser. Il se révèle donc un concept mouvant et en proie à un processus de redéfinition permanent.

Piazza del Sole, Posta, Stazione (Bellinzona)
Auteur-e-s

L’Europe constitue pour les socialistes une aire de pratiques politiques autant qu’un horizon idéologique. Les chemins de l’exil et les congrès internationaux font du continent un espace vécu. Ce territoire est ensuite pensé comme un lieu du politique mais l’intégration européenne divise profondément les socialistes, même si plusieurs de leurs leaders sont des figures de proue de la construction européenne. Les partis septentrionaux notamment font montre de réticences à se fondre dans l’espace communautaire, jugé trop libéral.

Protestation des membres socialistes et démocrates du parlement européen
S'abonner à EHNE RSS