• Français
  • English
Auteur-e-s

La participation des peuples à la construction européenne a toujours posé question à partir des années 1970, lorsque les États membres souhaitent relancer le processus d’unification politique. L’élection du Parlement européen au suffrage universel est un premier pas.  L’Europe des citoyens, initiée en 1975 et relancée en 1985, doit permettre de rapprocher les peuples de la Communauté, mais reste symbolique et sans grande portée pratique. Les États attendent le traité de Maastricht pour mettre en place une véritable citoyenneté européenne dans le cadre de l’Union politique. Citoyenneté seconde limitée à quelques droits, sa portée reste limitée et son efficacité politique discutable.

Passeport du Royaume Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord.
Auteur-e-s

Évoquer un « standard européen » des libertés revient à s’interroger sur l’existence et le développement de normes juridiques applicables à l’ensemble des États de l’espace concerné.  Dans l’état actuel du droit, on assiste à l’évidence à l’émergence d’un droit que l’on pourrait qualifier de « continental », dont l’une des caractéristiques essentielles est de promouvoir un haut niveau d’exigence en matière de libertés, d’autant qu’il se caractérise par son évolution constante. Il se heurte cependant à des oppositions actives, aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur.

Strasbourg, Cour européenne des droits de l'Homme. Photo de CherryX.
Auteur-e-s

La notion de citoyenneté européenne est floue. Sur le plan axiologique, elle repose à la fois sur un ensemble de valeurs et sur un traité constitutionnel. Sur le plan juridique, le traité constitutionnel ne confère aux habitants des États-nations européens la qualité de citoyens européens que dans la mesure où ils sont déjà citoyens de leurs États respectifs. L’article explore les déficits démocratiques et les déficits de légitimité qui en résultent ainsi que les conditions d’une réalisation effective d’une citoyenneté trans- ou supranationale.

Placard portant l'inscription « Ici on s'honore du titre de citoyen »
Auteur-e-s

Le général De Gaulle conçoit l’Europe comme une construction géographique et historique incontournable. De la Seconde Guerre mondiale à son départ du pouvoir en 1969, il souhaite que les États qui la composent s’associent et coopèrent étroitement car il voit en elle un démultiplicateur de leur puissance, en particulier pour la France. Cependant, il se montre hostile aux pertes de souveraineté, possible prélude à une vassalisation américaine.

Le Président Charles de Gaulle rencontre le Chancellier allemand Konrad Adenaeur à l'aéroport de Cologne à la descente d'un avion Air France
Auteur-e-s

Depuis ses débuts en 1948, la construction européenne s’est traduite par le rôle central des politiques publiques, en particulier dans le domaine économique mais aussi dans le domaine des droits de l’homme. Elles s’imposent face à un espace public européen embryonnaire et à une société européenne aux contours mal définis. Toutefois, si les politiques publiques ont un rôle central, elles ne sont pas univoques. La crise de la zone euro démontre l’acuité des tensions dans leur mise en œuvre.

Strasbourg, Cour européenne des droits de l'Homme

Les parlements en Europe sont le lieu où délibèrent les représentants des citoyens. Ils permettent l’expression de la volonté générale par la délégation et le mandat. Selon l’origine du mot utilisé en Angleterre depuis le xiiie siècle, les parlements sont des lieux de la parole et les espaces d’une communication s’organisant en interne comme en interaction avec l’extérieur. L’introduction de techniques (de la presse à la radio et télévision) a transformé les modes d’interaction entre élus et représentés.

Le lieutenant-colonel Tejero à la tribune des orateurs pour le Congrès des députés au cours de la tentative de coup d'état du 23 Février 1981. 
Auteur-e-s

Depuis sa création, l’Union européenne repose sur une architecture institutionnelle unique au monde formée par le Conseil européen, la Commission, le Parlement européen et la Cour de justice de l’Union européenne, un ensemble qui s’appuie sur des organes interinstitutionnels, tels que la Banque centrale européenne, le Service d’action extérieur européen ou le Comité des régions. Cette richesse institutionnelle est mal comprise par les citoyens qui rendent l’UE responsable de la crise économique. Le populisme qui s’affirme menace les fondements de l’UE.

Giorgio Napolitano visite officielle Parlement européen de Strasbourg 4 février 2014
Auteur-e-s

Considéré comme indispensable dans le processus de la construction européenne, l’existence et les caractéristiques d’un espace public européen font l’objet d’un débat qui remonte aux années 1950. Formulé à partir du concept habermassien de Öffentlichkeit (espace public), l’espace public européen est considéré tour à tour comme ayant toujours existé, comme étant en cours de formation ou comme impossible à réaliser. Il se révèle donc un concept mouvant et en proie à un processus de redéfinition permanent.

Piazza del Sole, Posta, Stazione (Bellinzona)
S'abonner à EHNE RSS